Yves Page

Landerneau, 2 avril 1897 - Landerneau, le 1er avril 1969. Un landernéen sur le Chemin des dames

Son père, Louis Marie Page, est un tamisier né à Plestin-les-Grèves, dont les parents sont commerçants à Landerneau. Sa mère, Anna-Marie Guéguen, landernéenne, est fille de Marie Josephe Le Roy et d’Allain Guéguen, cordier. Elle possède un commerce de textile.

 

Les établissements Lepage-Guéguen

Le couple Page-Guéguen s’est marié à Landerneau le 11 avril 1893. Auparavant, en 1888, il a fondé l’entreprise de vente en textile « Lepage-Guéguen », bénéficiant des activités des deux familles.
En 1914, l’entreprise prospère compte près de 500 ouvriers et installe ses ateliers rue Romain-Desfossés à Landerneau.

 

La mobilisation

À la mobilisation, c’est au 21 de cette même rue qu’habite leur fils Yves Page.

 

Carte de mobilisation d'Yves PAGE. Cote FRAC29103_1NUM017_18

Carte de mobilisation d’Yves PAGE. Cote FRAC29103_1NUM017_18

 

 

Sur ses papiers militaires, Yves Page est également enregistré comme « Yves Lepage ». Il est « industriel confectionneur de tissus et chiffons », plus précisément « industriel associé » à l’entreprise de ses parents « Etablissements Le Page-Guéguen Landerneau », « négociant » ou encore « coupeur ».

Sauf conduit délivré à Yves Page le 25 août 1915. Cote FRAC29103_1NUM017_03_02

Sauf conduit délivré à Yves Page le 25 août 1915. Cote FRAC29103_1NUM017_03_02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la classe 1917, il est mobilisé en octobre 1915 et intègre le 29e bataillon de chasseur à pied (BCP) en tant que grenadier, sous le matricule n°3939.
Il combat dès janvier 1916.

Yves PAGE entouré de soldats à la caserne. FRAC29103_1NUM017_09_01

Yves PAGE entouré de soldats à la caserne. FRAC29103_1NUM017_09_01

 

Yves Page entouré d’autres soldats à la caserne. Date et lieu inconnus.

 

 

 

 

 

 

 

Le chemin des dames, 1917

Passé en renfort au 69e BCP le 21 janvier 1917, il prend part à bataille du Chemin des dames, (seconde bataille de l’Aisne) ou « offensive Nivelle ».

Homme devant un convoi de soldats. Date et lieux inconnus. Cote FRAC29103_1NUM017_10

Homme devant un convoi de soldats. Date et lieux inconnus. Cote FRAC29103_1NUM017_10

 

 

 

 

 

 

 

Certificat médical d'Yves PAGE du 08 juillet 1917. Cote FRAC29103_1NUM017_14

Certificat médical d’Yves PAGE du 08 juillet 1917. Cote FRAC29103_1NUM017_14

Le 8 juillet 1917, à Hilsenfirst en Alsace, il est blessé par balle et contraint d’être évacué.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reprend le combat en décembre 1917. En avril 1918, il est nommé caporal.

 

La bataille de Montdidier dans la Somme, 1918

Au début de l’année 1918, il est réaffecté et participe aux combats de Montdidier, dans la Somme, en Picardie (mars à août 1918), combats pendant lesquels « il a fait preuve d’un grand courage et s’est particulièrement distingué aux combats du 27 au 30 mars 1918 » (selon les termes du chef de bataillon de Forges).

Extrait de l'ordre du bataillon n°101 du 9 avril 1918. Cote FRAC29103_1NUM017_14

Extrait de l’ordre du bataillon n°101 du 9 avril 1918. Cote FRAC29103_1NUM017_14

 

Yves PAGE entouré de soldats portant la coiffe des tirailleurs. Cote FRAC29103_1NUM017_07_01

Yves PAGE entouré de soldats portant la coiffe des tirailleurs. Cote FRAC29103_1NUM017_07_01

 

En avril 1919, il passe au 4ème régiment de zouaves mixtes et tirailleurs.

Il reçoit la croix de guerre étoilée et se voit accorder le droit du port individuel de la fourragère au titre du 69e bataillon.

 

Certificat de bonne conduite délivré à Yves PAGE le 10 octobre 1919. Cote FRAC29103_1NUM017_16

Certificat de bonne conduite délivré à Yves PAGE le 10 octobre 1919. Cote FRAC29103_1NUM017_16

 

 

Le retour à Landerneau

Après la guerre, Yves et son frère Victor prennent la direction de l’entreprise « Lepage-Guéguen ».

 

Au Pigeon Blanc, vue de l'atelier de coupe et finitions, almanach 1935 des établissements Lepage-Guégen. Tous droits réservés.

Au Pigeon Blanc, vue de l’atelier de coupe et finitions, almanach 1935 des établissements Lepage-Guégen. Tous droits réservés.

 

Au Pigeon Blanc, vue de l’atelier de coupe et finitions, almanach 1935 des établissements Lepage-Guégen. Tous droits réservés.

Ils créent « Au Pigeon Blanc », une usine de bonneterie sur la route de Landerneau à Landivisiau. Yves en  gardera la direction tandis que Victor et son fils Alain, dirigeront la manufacture de confections « Victor Page et fils ». Elle restera dans la famille jusqu’en 1992-93.

 

 

 

 

 

 

Yves Page fut membre des Gars d’Arvor et de l’Union des Anciens Combattants du 69e bataillon. Décédé le 1er avril 1969, il repose dans le caveau familial du cimetière de Landerneau, allée G.

 

Tombeau de la famille Page. Cimetière de Landerneau, allée G. Photographie Ville de Landerneau

Tombeau de la famille Page. Cimetière de Landerneau, allée G. Photographie Ville de Landerneau

 

 

Distinctions

Médaille de la victoire – Port de la fourragère

Distinction d'Yves PAGE le 8 juin 1918 : droit au port de la fourragère. Cote FRAC29103_1NUM017_15

Distinction d’Yves PAGE le 8 juin 1918 : droit au port de la fourragère. Cote FRAC29103_1NUM017_15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources complémentaires

 

Récit des combats de Montidier

Les papiers militaires d’Yves Page

  • Cote Archives municipales de Landerneau : 1NUM017

 

Partager cette page sur :